La politique de tarification

La fixation du prix est un choix crucial qui doit être fait en fonction des objectifs de l’entreprise, tels que l’accroissement de la part de marché ou la réalisation d’un bénéfice, ainsi que du marché et du bénéfice escompté de la vente.

L’entreprise peut choisir entre une politique d’écrémage (prix de vente élevé) et une politique de pénétration lors de l’introduction du produit (prix bas et espérance d’une part de marché importante). La législation sur la concurrence impose des restrictions, mais depuis 1986, la liberté de fixation des prix est disponible.

À moins que vous ne puissiez vous distinguer, vous devez vous mesurer aux prix pratiqués par vos rivaux en raison des restrictions de la concurrence et du marché.

Le prix de vente dans les PME est souvent déterminé en ajoutant une marge au prix d’achat ou au coût des produits. L’élasticité de la demande peut également influencer le prix.

Les questions psychologiques jouent également un rôle (9,90 euros). Si un produit est plus cher, l’acheteur a l’impression qu’il est meilleur. Avant le lancement d’un produit, une enquête permet d’établir le prix psychologique ou prix d’acceptation.

Il est essentiel de comprendre que la politique de prix est inextricablement liée aux autres aspects de la stratégie marketing : produit, distribution et communication.

Des spécialistes insistent sur une politique de prix cohérente qui leur permet de lutter contre le marché gris, qui implique des ventes par des canaux non approuvés par le propriétaire de la marque.

Les Japonais, selon Renaud de Maricourt, sont des génies du calcul des prix, mais cela s’efface quand on considère leurs avantages : production et rémunération.